Magasins d’occasion

Les magasins de produits culturels d’occasion.

En plus du lieu de mémoire (espace muséal), Centre abbé Pierre – Emmaüs comprend un magasin de livres d’occasion et un magasin d’objets décoratifs customisés par des street-artistes. On peut donc y effectuer ses emplettes, de produits culturels récupérés et valorisés, de façon astucieuse et solidaire.

NB: depuis le 10 février 2021, le magasin de jouets d’occasion est fermé pour travaux. De plus, le Centre abbé Pierre – Emmaüs ne propose pas de magasin généraliste, comme dans d’autres magasins Emmaüs qui récupèrent et revendent toutes sortes d’objets d’occasion.

Au Centre abbé Pierre – Emmaüs, faites votre choix parmi 10 000 livres d’occasion sur tous les thèmes, pour le plaisir des petits et des grands. Le Centre vend, par ailleurs, plusieurs dizaines d’objets customisés par des Street artistes connus (vinyles, valises, petits meubles, snowboards, skateboards…).

Les magasins sont ouverts tous les jours de 10h à 17h30 (sauf le dimanche pendant la période COVID).

VOS DONS :

Merci d’effectuer vos dons (meubles et autres) à la Communauté Emmaüs la plus proche de chez vous. Pour Rouen : cliquez ici.

Au Centre abbé Pierre – Emmaüs d’Esteville, nous acceptons uniquement les dons de jouets, CD, DVD, vinyles et de livres, en bon état et sur rendez-vous, en appelant au préalable le 02 35 23 87 76. Nous n’acceptons pas les encyclopédies, les revues, les livres en langue étrangère ou les livres trop usagés. Merci.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les recettes permettent de financer les activités d’éducation et de sensibilisation du Centre abbé Pierre – Emmaüs. Dès les années 1950, L’abbé Pierre avait montré la voie en se lançant dans la récupération : on parle alors de « chiffonniers d’Emmaüs ». L’objectif est de trouver des ressources permettant de venir en aide à de nombreuses personnes en difficulté et de changer le regard des citoyens et des dirigeants. Les compagnons de l’abbé Pierre, d’abord bâtisseurs de cités d’urgence, sont devenus chiffonniers dans un second temps afin de gagner l’argent nécessaire aux programmes de construction de logements, qui était alors l’activité principale du Mouvement Emmaüs.  La récupération finançait également des expositions itinérantes et la publication d’une revue « Faims et soifs ».

Depuis 70 ans, à Emmaüs, la récupération est un travail qui permet de financer des actions de secours et d’éducation, de solidarité directe en même temps que d’interpellation.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.