L’abbé Pierre et Emmaüs à Esteville

Les origines

En avril 1964, à la suite du travail accompli dans tout le département de Seine-Maritime par les Communautés itinérantes de l’Union des Amis et Compagnons d’Emmaüs, il fut offert à l’Abbé Pierre, à Esteville, un vieux manoir quasiment abandonné depuis 20 ans, entouré d’un parc de 2 ha. Mr. Georges Lanfry, entrepreneur de bâtiment de Rouen, en fit donation. Une Communauté de Chiffoniers Bâtisseurs s’y établit pour le restaurer et l’agrandir. La maison prit le nom de « La Halte d’Emmaüs » et constitua une association sous ce nom.

En 1970, « La Halte d’Emmaüs » devint une fédération regroupant les Communautés d’Esteville, de Notre-Dame de Bondeville et de Saint-Pierre-lès-Elbeuf., ainsi que divers Comités d’Amis, Relais d’adultes et Jeunes Maillons de Haute-Normandie.

A cette époque, La Halte est au centre d’un projet ambitieux et foisonnant. Elle est le siège du « Secrétariat International de Liaison des organisations d’Emmaüs et des Associations d’Aide au Volontariat », elle se veut une Maison de repos, un Foyer de vacances pour personnes âgées, (principalement du Mouvement Emmaüs) et un Centre International de rencontres et d’études sociales.  En 1970, la maison d’Esteville dispose d’une vingtaine de chambres, d’un dortoir de 120 lits, d’une salle de réunion de 150 places et d’une bibliothèque d’un millier de livres sur des questions principalement économiques, sociales, politiques et spirituelles. Des rencontres avec des membres de groupes Emmaüs du monde entier se sont tenues à La Halte dès l’origine.

Lucie Coutaz et l’abbé Pierre à Esteville

Lucie Coutaz et l’abbé Pierre se sont rendus très régulièrement dans cette maison dès 1964. Elle leur permettait de se reposer, de recevoir des personnes et de pouvoir travailler dans des conditions plus paisibles et plus studieuses qu’à Paris ou en ville. De 1992 à 1998, l’abbé Pierre s’y est installé de façon quasi-permanente nous laissant un témoignage exceptionnel avec toutes les affaires qu’il a laissées. Des personnalités ont été reçues dans ce lieu : Pierre Bérégovoy, François Mitterrand, Bernard Kouchner, Albert Jacquard…

La maison de retraite

Par la suite des bâtiments ont été remis en état, d’autres ont été adjoints à la construction d’origine et un chalet et un bâtiment neufs ont vu le jour dans le parc.  Devenue maison de retraite, La Halte a continué à accueillir des camps, des rencontres et des sessions de divers groupes. Une association « Emmaüs Esteville » a constitué le cadre juridique de la maison de retraite jusqu’en 1999 date de l’acquisition par l’Association Emmaüs. Une quarantaine de compagnons sont enterrés sur la Commune. 25 le sont au cimetière de Touffreville et 16 à Esteville. On y trouve le corps du tout premier Compagnon d’Emmaüs, Georges Legay, que l’abbé Pierre avait convaincu de renoncer au suicide pour l’aider à aider les personnes plus malheureuses que lui. L’abbé Pierre tenait à être enterré là auprès de ses compagnons et amis.

Un commentaire pour L’abbé Pierre et Emmaüs à Esteville

  1. Ping : Le génie des modestes | HALLE SAINT PIERRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s